(Toute) l’Alsace à bicyclette

IMG_20210824_154729.jpg

mercredi 25 août 2021 - Actualités et Nouveautés

Mathieu Spannagel a aguisé sa curiosité dès les premières années de sa carrière professionnelle, lors de remplacements en Bretagne, dans la Drôme, les Landes et à l’Ile de la Réunion. « J’ai passé mon temps libre à visiter la région où je résidais, raconte-t-il. Je finissais par la connaître mieux que les habitants du coin ! » Revenu en Alsace, où il s’est installé depuis quelques années, il assiste au Streisselhochzeit, fête estivale traditionnelle à Seebach. Là, il a le déclic : « Originaire d’un village situé entre Kaysersberg et Colmar, je pensais retrouver à Seebach cette image de carte postale de l’Alsace qui correspond à la localité où j’ai grandi. Mais les paysages, traditions et la langue y étaient finalement très différents. Je me suis rendu compte de la richesse du patrimoine alsacien, et que j’ai décidé de le faire vivre à travers ce défi. » On est alors en août 2017. Le jeune homme décide de se lancer dans un tour d’Alsace à vélo, en passant par tous les villages de la région, périple qu’il reportera sur Facebook.

Ce tour, il le fera pendant ses week-ends et sur son VTT. « Le vélo me permet de m’arrêter et revenir sur mes pas plus facilement, et de parcourir les chemins forestiers ou en terre. » Car il ne se contente pas de traverser les villages à bicyclette, mais les parcours de long en large à la recherche d’un ou plusieurs lieux emblématiques qui caractérisent la commune. Sa stratégie est rodée, elle repose sur un mélange minutieux de préparation à partir de cartes et de découvertes sur place. « Je pars toujours d’un village déjà visité, et situe un secteur que je peux parcourir en intégralité lors d’une seule sortie, explique Mathieu Spannagel. Je repère à l’avance des points remarquables, mais je me laisse guider par mon intuition dans les rues des communes. » Un village est considéré comme « visité » quand il a été dûment parcouru sur toute sa longueur et photographié au moins une fois. Les clichés de Mathieu sont reconnaissables à la présence de « Jeannala et Seppala », 
ses petites mascottes alsaciennes qu’il emmène partout avec lui.

Un défi ludique doublé d’un effort physique

Même s’il défini sa démarche comme une « initiative personnelle, pas une performance sportive », Mathieu Spannagel a bien effectué un effort physique remarquable. D’abord, il pédale en toutes saisons, même en hiver : « Le froid n’est pas un problème, dit-il. L’important est qu’il fasse beau, pour rendre la sortie agréable et les photos réussies. » Il utilise son VTT sans assistance électrique sur la quasi-totalité de ses sorties, et a déjà grimpé bon nombre de cols de la région : « Sans surprise, le secteur du Piemont des Vosges est celui qui m’a demandé le plus d’efforts ! Je n’en garde aucun regret : par exemple, la visite de Soultzeren m’a conduit jusqu’au Lac des Truites, où j’ai découvert un très joli paysage. L’Alsace bossue, avec ses faux-plats et montées, offre aussi un bon dénivelé, cumulé au terme d’une sortie. »

Au fil des kilomètres, de belles rencontres

Ses efforts en milieu montagneux mènent le cycliste à des rencontres enrichissantes. À Sainte-Marie-aux-Mines, il pousse son application jusqu’à Tellure, où l’équipe lui ouvre les portes du parc de loisirs et lui explique le projet. De la même manière, il découvre la Maison de la manufacture d’armes blanches à Klingenthal puis le musée de l’Abri à Hatten. La visite de la commune de Soufflenheim n’a pas pu être terminée sans un arrêt dans l’atelier d’un potier, qui lui a fait découvrir son art. Enfin, en déambulant dans Hunspach, Mathieu Spannagel a rencontré un habitant qui lui a expliqué pourquoi l’architecture des maisons du bourg est si unie.

70% des villages visités, et maintenant ?

En 4 ans, Le jeune homme a déjà visité 70% de villages de la région. « Il me reste les coins de Sarre-Union, Lauterbourg et Merkwiller à découvrir dans le Bas-Rhin, et la vallée de Thann, le Sundgau ainsi que la région de Mulhouse et d’Altkirch dans le Haut-Rhin. » Il pense couvrir ces territoires en 2 ans. Et ensuite ? Mathieu devra se trouver un nouveau défi, qu’il n’a pas encore identifié. « J’y pense quand je pédale. Et comme je parcours un grand nombre de kilomètres à vélo, j’espère bien trouver une réponse à cette question et repartir pour un autre challenge ! »

Plus d'informations :
Page Facebook : « Vélo tour d’Alsace »

Yves Junger
Crédit photo : Mathieu Spannagel

Ces annonces pourraient aussi vous intéresser

Cocktail mis en scene @Victor Weber[2].jpg

BiObernai 2021 mise sur l’interrelation

Pour sa nouvelle édition, le salon de l’agriculture biologique BiObernai propose de nombreuses animations et ateliers, au pied des remparts de la ville.
08/09/2021
Bocalist - IMG-20210825-WA0014[2].jpg

Le bocal bon pour l’économie !

Depuis juillet, Jean-Rémy Valentin développe son entreprise solidaire « Le Bocaliste ». Cette épicerie bio ne vend qu’en ligne et en bocal.
08/09/2021