Portrait : Elsa Schalck - Plus jeune sénatrice de France

Schalck.jpg

lundi 19 octobre 2020 - Actualités et Nouveautés

Le lendemain des élections sénatoriales, Elsa Schalck ne mesure pas sa joie. Sur sa page Facebook, elle revient sur la grande nouvelle de la veille : « Grande fierté d’avoir été élue ce dimanche Sénatrice du Bas-Rhin. Un mandat qui m’honore et dont je mesure la responsabilité qui est aujourd’hui la mienne ». Le dimanche 27 septembre, la jeune avocate a été élue sénatrice. À 33 ans, elle est la benjamine de cette nouvelle assemblée sénatoriale qui cette année encore a rajeuni : la moyenne d’âge y est de 60 ans.

Public Sénat lui a même consacré un reportage : « L’arrivée au Sénat de Elsa Schalck, la plus jeune sénatrice ». Les caméras de la chaine parlementaire l’ont suivie alors qu’elle faisait ses premiers pas au sein de la Haute-Assemblée. On la voit déambuler dans les couloirs aux tapis rouge vif, visiter les pièces à hauts plafonds, les salles de conférence, admirer les « Mariannes » figure symbolique de la République française.

Responsabilité d’écrire la loi

Avocate de profession, d’ailleurs major de promo de la réputée École Régionale des Avocats du Grand-Est, Elsa Schalck voit dans son travail une continuité qu’elle défendra sur les bancs de l’Assemblée : « Avant en tant qu’avocate j’appliquais la loi, maintenant je mesure aussi la responsabilité de pouvoir l’écrire, de pouvoir la rédiger. C’est vraiment ça qui m’anime ! », a t-elle confié au micro de l’émission Bonjour chez Vous ! de la chaîne Public Sénat. L’éducation, l’égalité des chances, les préoccupations en terme d’économie et d’emploi, la question de l’égalité femme/homme, sont des sujets qui lui tiennent particulièrement à cœur.

Actrice et non spectatrice de la société

Si aujourd’hui Elsa Schalck s’avance vers la scène nationale, elle n’est pas inconnue au niveau régional. La trentenaire est depuis plusieurs années au cœur de la politique strasbourgeoise, sa ville d’origine et où elle a grandi, puis étudié. À l’âge de 16 ans, la jeune sénatrice est élue au Conseil des jeunes puis au Conseil Départemental des jeunes. Son engagement politique a, quant à lui, véritablement débuté en 2006, au moment des blocages étudiants lors du Contrat première embauche. « C’est là que j’ai ressenti le besoin de prendre part au débat, d'être actrice et non spectatrice de la société française de demain ». De là, elle s’encarte à l’UMP et participe à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. « Une vraie école de vie » pour la jeune strasbourgeoise. Puis, tout s’enchaine, les Législatives, les Municipales puis les Régionales en 2010 où elle se présente sur la liste de Philippe Richert, Président de la Région Alsace, Ministre des Collectivités territoriales.

Figure montante de la vie politique

En 2015, France 3 région lui consacre un article et la présente comme « figure montante de la vie politique » « strasbourgeoise et alsacienne ». À ce moment là, Elsa Schalk vient d’être nommée au bureau national des Jeunes UMP. Preuve que l’envie d’être acteur de la société a payé. Un an avant, en 2014, elle devient élue et fait ses premiers pas en tant que conseillère municipale de Strasbourg. Deux mois plus tard, elle remplace Nathalie Roos à la région pour devenir, à 27 ans, la plus jeune conseillère de l’hémicycle alsacien. À présent sénatrice, Elsa Schalck discute et vote les lois dans l’hémicycle national. Un tout autre décor. ■

Ces annonces pourraient aussi vous intéresser