Prises de vue époustouflantes

SKYPIC HD_1.jpg

vendredi 26 mars 2021 - Actualités et Nouveautés

Comment avez-vous commencé à utiliser des drones ?
Photographe amateur, j’ai très vite perçu que l’utilisation de drones apportait une réelle innovation et détecté différentes applications dans la prise de vues. J’ai donc passé dès 2014 un brevet théorique de pilote l’ULM afin de devenir pilote de drones, et pouvoir produire et vendre des images. Ce qui fait de SKYPIC l’une des premières entreprises à vendre des prises de vues par drones dans le Grand Est.

Comment se différencie-t-on des autres entreprises qui proposent des prises de vue par drone ?
Déjà par notre côté pionner dans ce domaine : en 7 ans, nous avons gagné la confiance de nombreux clients et des administrations, car nous maîtrisons très bien l’aspect règlementaire de notre activité. Ce qui fait notre différence, c’est aussi l’expérience du terrain, les compétences que nous proposons, adaptables en photographie comme en vidéo, pour plusieurs types de projets.

Quel est le champ d’utilisation du drone ?
Les drones sont aujourd’hui utilisables dans beaucoup de domaines, bien évidemment dans la production audiovisuelle mais également pour les inspections techniques. Que ce soit pour des mesures de toiture, en relevé de cubatures dans les carrières. Ils sont aussi utilisés par les pompiers qui, lors des incendies, peuvent détecter des reprises de feu grâce aux images aériennes.

Quels types de sociétés ou collectivités composent votre clientèle ?
Nous travaillons dans tout le Grand Est auprès de communes, offices de tourisme et communautés de communes. Des sociétés de production font aussi appel à nos services lorsqu’elles n’exploitent pas déjà des drones en interne. Dernièrement, nous avons travaillé avec France Télévisions, sur la citadelle de Belfort pour l’émission « Le monument préféré des Français », pour une série télévisée à Strasbourg ou encore un film tourné dans le coin de Gérardmer.

Avez-vous reçu des sollicitations où l’imagerie par drone n’était pas adaptée ?
Absolument ! Il arrive que le drone ne soit pas la solution, mais plutôt un complément. Pour un de nos clients à Erstein, nous avons privilégié une captation au sol complétée par une prise de vue aérienne des locaux, plutôt qu’un film complet de 3 minutes en drone.

Vous proposez des services de modélisation 2D et 3D. Pouvez-vous nous en dire plus ?
On nous a par exemple demandé de modéliser le Lion de Belfort. Le drone nous a permis de prendre une centaine de photos autour de la statue, dont chacune est géoréférencée. Ensuite un logiciel spécifique analyse les photos et recompose le modèle. Ainsi, on obtient un modèle 3D où tous les détails de la pierre sont visibles. Les propriétaires d’un manoir nous ont aussi sollicités avant une intervention des couvreurs. Nous avons pu modéliser complètement la toiture et leur livrer un modèle 3D à partir duquel ils peuvent prendre eux-mêmes leurs mesures.

Quels sont les problèmes légaux auxquels les pilotes de drones sont le plus souvent confrontés ?
La France a été le premier pays à légiférer, dès 2012, et a mis en place une législation très contraignante au sujet des « appareils sans personne à bord. » Nous devons effectuer nos demandes en préfecture et surveiller les zones de protection aérienne, comme celle de l’aéroport d’Entzheim. Parfois, nous demandons un arrêté municipal pour survoler certaines zones.

Comment envisagez-vous l’évolution de l’utilisation des drones ?
Je vois 2 types d’innovation : d’abord l’aspect sécuritaire. Des drones peuvent faire un premier contact visuel lorsque une alarme se déclenche, situer s’il y a intrusion ou non. Ensuite dans la modélisation pour la construction : en superposant des modèles en 3D, on peut constater si un chantier avance bien ou corriger des erreurs. En revanche, pour la livraison de colis, c’est encore de la science-fiction. Les obstacles naturels et les limites de nos batteries ne se prêtent pas à ce genre de service aujourd’hui.

Texte : Yves Junger

Crédit Photo : SKYPIC

www.skypic.fr

Ces annonces pourraient aussi vous intéresser

Slackline - AdobeStock_439396919.jpg

La Slackline, sport de plein air dans les parcs et les jardins

La slackline, ou slack tout simplement, est une pratique sportive contemporaine qui se rapproche du funambulisme. Si vous vous promenez dans les parcs citadins, vous avez forcément croisé des pratiquants de ce sport, les « slackeurs ».
07/10/2021
Musée.jpg

50 000 places de spectacle à gagner

La Communauté européenne d’Alsace souhaite pousser les Alsaciens à retourner au cinéma, au théâtre, dans les musées et les festivals. 25 000 lots de 2 places seront attribués par tirage au sort.
07/10/2021