Ortie : pourquoi il faut la conserver au jardin

Ortie3_Duan Zidar Fotolia.jpg

vendredi 11 mai 2018 - Jardin et espaces verts

Pourtant classée parmi les mauvaises herbes, l’ortie est loin d’être une plante à éradiquer. Elle est un remède miraculeux à bien des maux, pour le jardin comme pour la santé.

ortie en cuisine

Elle est urticante, envahissante, peu esthétique… Trois raisons qui valent généralement à l’ortie d’être éradiquée. Elle est d’ailleurs surnommée « ortie méchante » ou « échaudure » ! Pourtant, elle est une véritable panacée. Voici comment tirer le meilleur parti de l’Urticadioïca et de sa sœur jumelle, l’ortie brûlante.


Au jardin et au potager 

Là où elle pousse, l’ortie est naturellement bienfaisante : elle fertilise et enrichit le sol tout en l’assainissant. La plante débarrasse en effet la terre des excédents de phosphate et de nitrate. 
Elle est aussi une fabuleuse réserve de biodiversité : l’ortie attire pas moins de 12 espèces de papillons (un insecte en voie de disparition dans certaines régions de France, particulièrement dans les Hauts-de-France) mais également des coccinelles, des araignées... Charles Boulanger, créateur du Jardin Jungle Karlostachys, en Seine-Maritime (www.jardinjungle.com) conseille d’ailleurs de conserver, dans un petit périmètre de votre jardin, un petit bout de jungle naturelle avec des orties, des chardons et autres fleurs sauvages pour préserver la biodiversité.
Approchez-vous un peu maintenant… Il existe une technique pour la cueillir sans heurt, même à mains nues. Regardez, par exemple, les conseils en vidéo dans Cueillir l’ortie sans se piquer, par le botaniste et naturopathe Christophe de Hody sur la chaine YouTube « Les Chemins de la Nature ». Vous pourrez même essayer de la croquer crue !
Et pour votre jardin, cueillez-en des bouquets entiers pour faire du purin d’ortie : un insecticide 100% naturel à pulvériser sur les plantes pour éloigner les pucerons et autres parasites. Ce purin peut aussi servir d’activateur de compost et d’engrais pour obtenir de magnifiques fleurs et fruits. Il est facile à faire soi-même : dans un récipient en plastique ou en bois (jamais de métal), faire macérer 1kg d’orties (non montées en graines et hachées) dans 10 à 20 litres d’eau. Laisser à température ambiante entre 24 h et 10 à 15jours avant de filtrer, puis de répandre ou pulvériser.

Le saviez-vous ?

« Grâce à sa forte teneur en protéines et en fer, l’ortie est un légume qui a sauvé bien des gens au cours de l’histoire, lors des famines. Jusqu’au XVIe siècle, elle était consommée aussi régulièrement que l’épinard. Il y a peu encore, elle était vendue sur les étals des marchés comme l’oseille et le cresson », explique Jean-François Astier, auteur de L’Ortie, une panacée oubliée, qui conseille même aux jardiniers, au lieu de la détruire à coups d’herbicides, de la cultiver pour la manger et la boire !

Dans l’assiette

ortie au jardin

Ses feuilles, ses racines comme ses graines peuvent être utilisées en cuisine ou pour rester en bonne santé. Elle possède une action astringente, dépurative, diurétique, hémostatique, reminéralisante. Elle est aussi une bonne plante anti-fatigue, hormone-like pour le système endocrinien, régulateur des fonctions rénales, tonique, à utiliser lors des convalescences, entre autres vertus. 

L’ortie contient 25 à 40% de protéines, selon si elle est fraîche ou sèche, et toute une gamme de vitamines, de minéraux, d’acides aminés et d’antioxydants. Consommez-la crue, finement découpée et saupoudrée sur vos plats, ou encore en soupe et en infusions.  

APEI-Actualités

Crédits des visuels :
Ortie1 : ©Ondrej83 - stock.adobe.com
Ortie2 : ©Stéphane Lerouge - stock.adobe.com
Ortie 3 - image principale : ©Duan Zidar Fotolia

Ces annonces pourraient aussi vous intéresser