La Halle aux blés d’Obernai rénovée

Des travaux importants de rénovation ont été menés jusqu’en janvier 2022 sur la façade de la Halle aux blés, monument emblématique du centre-ville d’Obernai.

Paul Seners

Bâtiment classé au titre des monuments historiques depuis 1900, la Halle aux blés fait face à la place du marché dans le centre-ville d’Obernai. Cette bâtisse construite au XVIème siècle est contemporaine d’autres points emblématiques de la ville : le beffroi, ou Kappelturm, l’hôtel de ville et le puits aux six seaux. C’est surtout la façade de l’édifice qui capte l’attention, organisée sur 4 étages, avec un balcon garni de guirlandes de pierres au premier, dans un enchevêtrement complexe. Ce qui était une boucherie à l’époque moderne, et un lieu de stockage des récoltes de blé, par intermittence jusqu’en 1840, a connu plusieurs vies. Tout à tour salle des fêtes puis musée, de 1929 à 1967, elle est devenue un restaurant typique, à l’intérieur cosy fait de boiseries remarquables, à partir de 1969.

En de multiples occasions au cours des 25 dernières années, la ville d’Obernai, propriétaire du bâtiment, est intervenue lors de travaux de rénovation. Les combles et surcombles ont ainsi été reconstruites à cause d’un incendie de toiture en 1998. En 2014 a eu lieu la mise en accessibilité PMR du restaurant. Enfin, ces dernières années, des canalisations intérieures ont été remplacées en 2019, et les sanitaires ont été rénovés lors du confinement de 2020.

1 diagnostic et 800 heures d’études
Mais ce sont surtout les « différents désordres sur les enduits extérieurs et sur les menuiseries extérieures » qui ont mené aux travaux de restauration des derniers mois. Il a notamment été diagnostiqué des problèmes de condensation, qui entraînent une altération accélérée des bois et pièces métalliques des extérieurs. L’utilisation quotidienne du bâtiment comme restaurant et un système de chauffage encoffré dans les menuiseries seraient la source de cette accélération de l’altération, ces pièces n’étant pas prévues pour les modes de chauffage actuels. Des désordres ont également été repérés en soubassement de façade, ainsi que des traces de coulure au niveau des encorbellements de bois et des altérations de pierres de façade. Dans le cadre d’un bâtiment classé au titre des monuments historiques, la conduite des travaux a dû être confiée à un architecte spécialisé ; c’est donc l’Atelier Grégoire André qui a mené l’étude, les travaux de restauration et de réfection.

Embellissement de la façade et économies d’énergie
Les menuiseries, âgées de près d’un demi-siècle, ont été remplacées en janvier 2022 : les anciennes fenêtres ont ainsi été remplacées par des menuiseries en chêne massif avec forme de cintre, et de vrais petits bois chanfreinés, selon les modèles des XVIIème et XVIIIème siècles. Ce choix permet de leur redonner l’aspect qu’elles avaient au début du XXème siècle. On est de plus revenu à la décomposition traditionnelle en 4 travées, au lieu de celle à 5 travées adoptée en 1970. Enfin, les châssis ont été légèrement élargis, et peuvent maintenant accueillir un double vitrage mince. La fabrication des ces pièces a eu lieu au sein des entreprises Vouriot. Au niveau des pierres de l’édifice, les parements en grès des parties basses ont été restaurées sur les façades Nord-Ouest et Sud, tandis que les pierres des balcons et encorbellements ont été nettoyées. En complément, les colombages ont été lasurés et la peinture de la façade a été remise à l’identique avec une peinture minérale. Ce projet de rénovation a permis un gain notable sur la performance énergétique du bâtiment. Grâce à un meilleur coefficient d’isolation des vitrages, le gain énergétique brut est évalué à 2 700 kilowatts par an.

Texte : Remis par la mairie d’Obernai

Articles similaires