MOBILITÉ : Pédaler sans transpirer !

Avez-vous testé le vélo à assistance électrique ?

Zoom sur le VAE

Pédaler au lieu de prendre la voiture est bon pour la santé, et pour l’esprit.
De plus en plus de personnes optent pour le vélo à assistance électrique. Pourquoi ?
© Decathlon

Le vélo peut être un loisir, un sport ou un moyen de transport. Dans tous les cas, pédaler au lieu de prendre la voiture est bon pour la santé, et pour l’esprit. Depuis le Covid, la pratique du vélo a augmenté en France. Ce mode de déplacement doux permet de maîtriser son temps de trajet, d’aller à son rythme, de profiter des paysages, tout en prenant soin de sa santé et en réduisant les émissions de CO2. De plus en plus de personnes choisissent le vélo à assistance électrique (VAE), car il est robuste, confortable et maniable. Quels que soient l’âge et la condition physique, avec un VAE, il est possible d’aller plus vite – la vitesse étant toutefois limitée à 25 km/h – et plus loin – aucun effort démesuré n’étant nécessaire, les utilisateurs peuvent pédaler plus longtemps, et donc parcourir des distances plus importantes. Pour certains, c’est aussi l’occasion de gravir des pentes raides, ce qui n’est pas toujours facile à la seule force des mollets.

À chacun son style, à chacun son modèle

Différents modèles existent : vélo de ville, pliant, VTC, VTT, cargo, de quoi combler tout un chacun. L’autonomie de la batterie varie d’un VAE à l’autre. Mieux vaut vérifier qu’elle est bien chargée avant de se lancer pour un grand trajet ! Si le coût reste élevé, c’est un investissement qui peut être vite rentabilisé, surtout si le vélo remplace la voiture ou les transports en commun au quotidien. À noter : sans bruit et sans dégagement de particules fines, le VAE permet de préserver l’environnement tout en favorisant une atmosphère plus paisible. C’est en raison de ces avantages que les aides pour l’achat d’un vélo électrique se multiplient. Par exemple, l’État propose un Bonus vélo allant jusqu’à 400 euros, l’Eurométropole de Strasbourg une aide financière allant jusqu’à 500 euros, et différentes aides peuvent être cumulables.

L’essayer, c’est l’adopter

Si vous souhaitez faire un essai avant d’acheter un vélo à assistance électrique, des magasins et des agences de location de vélos proposent différents modèles, que l’on peut emprunter à la journée, à la semaine ou au mois. Dans la plupart des grandes villes, les flottes de vélos en libre-service se composent également de VAE, que l’on peut louer pour quelques heures, ou de façon prolongée en payant un abonnement. Envie de tester ? Enfourchez un de ces bolides et lancez-vous !

Magali Burkhart

Articles similaires