AUTO/MOTO : Ce qui change en 2024 !

Automobilistes et motards, voici ce qui a changé

Les nouveautés 2024

Attestation d’assurance, obtention du permis de conduire à 17 ans ou obligation de contrôle technique pour les deux roues, certaines choses ont évolué depuis le 1er janvier.
© Adobestock

Jusqu’à présent, la preuve de l’assurance d’un véhicule était fournie par la présentation de la carte verte, et par la présence du certificat apposé sur le pare-brise. La nature physique de ces documents pouvait être problématique. Combien se sont déjà fait verbaliser parce qu’ils avaient oublié de placer le petit carré vert sur le pare-brise ? Depuis le 1er avril, les automobilistes et les usagers de deux-roues motorisés ne sont plus tenus d’apposer la vignette de l’assurance ni d’avoir sur eux la carte verte. Être assuré demeure évidemment obligatoire, et la preuve en est désormais apportée par la consultation du Fichier des Véhicules Assurés (FVA), accessible aux forces de l’ordre.

Plus besoin d’attendre 18 ans pour conduire seul

Autre nouveauté 2024 : depuis le 1er janvier, les jeunes de 17 ans révolus peuvent s’inscrire en auto-école et prendre le volant dès l’obtention du permis B. Le Code de la route peut être passé dès 15 ans pour les personnes inscrites en conduite accompagnée, et dès 16 ans pour les autres. Rappelons que dans le cadre d’une formation classique, un enseignement pratique de 20 heures minimum est nécessaire, encadré par un moniteur d’auto-école. Quant au vieux permis de conduire rose cartonné que certains possèdent encore, il reste valable jusqu’en janvier 2033, mais il est possible de demander d’ores et déjà son remplacement sur le site de l’ANTS pour obtenir la nouvelle version, sous format carte de crédit.

Contrôle technique pour les motos

Enfin, pour les véhicules motorisés à deux ou trois roues et les quadricycles à moteur, le contrôle technique est obligatoire depuis le 15 avril. Sa mise en œuvre est réalisée selon un calendrier qui varie en fonction de la date de première mise en circulation du véhicule. Ne sont pas concernées les motos de compétition dont le propriétaire est licencié auprès de la Fédération française de motocyclisme, ni les motos de collection produites avant 1960 et titulaires d’une carte grise Collection. Dans un premier temps, ce contrôle est essentiellement orienté vers la sécurité et porte sur les organes de direction, l’éclairage, les pneumatiques, les suspensions. Il coûtera environ 50 euros et l’amende en cas de non-respect s’élève à 135 euros.

Magali Burkhart

Articles similaires